PAL

PAL de Mars!

Petite fille

Coucou les lecteurs!

Je vous publie aujourd’hui ma pal de mars alors que nous sommes mi-mars, jusque là tout va bien… Plusieurs classiques sont au programme, je pense tenir ma pal mais j’ai quand même quelques doutes.

cc3fb61df5200eca518fe22adf03e073


la curée Zola

« La Curée » de Zola – Livre de poche (416 pages)

Je continue ma lecture des Rougon-Macquart avec ce livre que j’ai bien aimé mais qui est celui que j’ai le moins apprécié de l’auteur pour l’instant. Il reste quand même très bon et je vous le chronique sous peu.

Résumé:

La France de Napoléon III vue par Zola : « A cette heure, Paris offrait, pour un homme comme Aristide Saccard, le plus intéressant des spectacles. L’Empire venait d’être proclamé… Le silence s’était fait à la tribune et dans les journaux. La société, sauvée encore une fois, se félicitait, se reposait, faisait la grasse matinée, maintenant qu’un gouvernement fort la protégeait et lui ôtait jusqu’au souci de penser et de régler ses affaires. La grande préoccupation de la société était de savoir à quels amusements elle allait tuer le temps. Selon l’heureuse expression d’Eugène Rougon, Paris se mettait à table et rêvait gaudriole au dessert… L’Empire allait faire de Paris le mauvais lieu de l’Europe. »

 

couv28581599

 

« La saga des quatre éléments: Sanctuaires » de Clélie Avit – Livre de poche (640 pages)

Je vais déjà sortir ce tome qui n’aura pas traîné longtemps dans ma pal! Après la très bonne découverte que fut le premier tome de cette saga, je poursuis avec celui-ci qui promet d’être aussi bon que son prédécesseur!

Résumé:

Les Vents, les Terres, les Eaux, les Feux. Quatre éléments, quatre territoires : la Friyie. Quand Ériana a rencontré Setrian, jeune messager des Vents, elle ignorait tout du danger qui menaçait le pays , de la prophétie qui la désignait et des pouvoirs qu’elle détenait. Il aura fallu une quête en territoire des Terres, un périple riche d’aventures et de rencontres, et l’affrontement avec les membres du terrible Velpa pour qu’elle s’accepte comme celle qui sauvera les quatre communautés. Après les Messagers des Vents, Clélie Avit continue avec Sanctuaires sa généreuse et palpitante saga fantastique. Ériana, affranchie de ses doutes et sous la précieuse protection de Setrian, poursuit la vaste mission qu’elle s’est vue confier par le conseil des Vents. Pour cela, elle va au-devant des quatre éléments, de son apprentissage et des connaissances révélées par la prophétie. Mais la prophétie n’en finit pas de dévoiler ses secrets, et les obstacles seront au rendez-vous, plus douloureux que jamais.

 

couv47999018

⇒  « Un roi sans divertissement » de Jean Giono – Folio (244 pages)

J’ai déjà lu du Giono étant plus jeune et je n’ai pas vraiment un bon souvenir de Regain; je m’étais ennuyée ferme. J’ai cru comprendre que ce livre était très complexe et qu’il a été une des œuvres au programme du bac. J’espère qu’il sera très bon!

Résumé:

Qui donc a profité des neiges pour égrainer un chapelet de cadavres ? Dans ce village du Dauphiné, l’arrivée du printemps rejette ses secrets et ses morts : au bout de trois victimes, on finira par faire appel à un spécialiste, le commandant Langlois, qui découvrira bien vite la vérité. Mais pourra-t-il y survivre ? Étranges personnages que ceux de ce récit ; étrange roman, qui tient du théâtre de l’absurde, du conte séculaire et de la parabole. Parabole laïque sur un seul thème, dont la pensée de Pascal « Un roi sans divertissement est un roi plein de misère » donne la clef : l’ennui existentiel guette les hommes, s’ils ne s’inventent pas des divertissements efficaces, consistants. C’est ce qu’avait bien compris l’assassin des neiges ; c’est ce que finira par comprendre Langlois, à son corps défendant. Avec ce drame d’une vie en trois actes, Giono inaugurait une série romanesque très noire, centrée sur l’analyse du mal et de la misère humaine.

 

9782266163767

 

« Madame Bovary » de Flaubert – Pocket (478 pages)

Ce sera la troisième fois que je lis cette oeuvre! La première fois était en 2014 en seconde et la dernière fois était en 2016 pour le bac L. Depuis, j’ai grandis et beaucoup appris grâce à mes études, et puis cette oeuvre reste gravée dans ma mémoire de façon positive au fil des années alors que je l’avais détestée au lycée. Je verrai si, étant adulte, cette oeuvre saura plus me plaire.

Résumé:

Pour son malheur, Emma Bovary est née femme et vit en province. Mère de famille contrainte de demeurer au foyer, elle mène une existence médiocre auprès d’un mari insignifiant. Pourtant, Emma est nourrie de lectures romantiques et rêve d’aventures, de liberté et surtout de passion. L’ennui qui la ronge n’en est que plus violent, au point de la pousser à l’adultère.

 

71zxr1vh6-l

 

« Anna Karénine » de Tolstoï – Pocket (983 pages)

Je vais reprendre dès le début ce livre que j’avais abandonné il y a trois ans. Les noms ou patronymes ne m’ont pas dérangés étant russophone mais l’intrigue était très lente et j’étais dans une période où je voulais quelque chose de vif et puis, 1000 pages quand même! Souhaitez-moi bonne chance!

Résumé:

La quête d’absolu s’accorde mal aux convenances hypocrites en vigueur dans la haute société pétersbourgeoise de cette fin du XIXe siècle. Anna Karénine en fera la douloureuse expérience. Elle qui ne sait ni mentir ni tricher – l’antithèse d’une Bovary – ne peut ressentir qu’un profond mépris pour ceux qui condamnent au nom de la morale sa passion adultère. Et en premier lieu son mari, l’incarnation parfaite du monde auquel il appartient, lui plus soucieux des apparences que véritablement peiné par la trahison d’Anna. Le drame de cette femme intelligente, sensible et séduisante n’est pas d’avoir succombé à la passion dévorante que lui inspire le comte Vronski, mais de lui avoir tout sacrifié, elle, sa vie de femme, sa vie de mère. Vronski, finalement lassé, retrouvera les plaisirs de la vie mondaine. Dans son insondable solitude, Anna, qui ne peut paraître à ses côtés, aura pour seule arme l’humiliante jalousie pour faire vivre les derniers souffles d’un amour en perdition. Mais sa quête est vaine, c’est une « femme perdue ».

 

couv50638274

 

« Le purgatoire des innocents » de Karine Giébel – Pocket (635 pages)

J’ai déjà lu Juste une ombre de l’auteure que j’avais adoré! Moi qui ne suis pas policier ou thriller, je pense passer un bon moment de lecture!

Résumé:

Je m’appelle Raphaël, je viens de passer 14 ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous avons dérobé 30 millions d’euros de bijoux. Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces. « Je m’appelle Sandra. Je suis morte il y a longtemps dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour là… »
Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer. « Quelque chose qui parle et qui marche à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit… »

 

parfum

 

« Le Parfum » de Süskind – Livre de poche (280 pages)

Un livre qui n’aura vraiment pas traîné dans ma pal; à peine deux semaines. Je l’ai déjà lu et je n’ai pas été convaincue. L’écriture était trop dense et précise pour peu d’action et je n’ai pas ressenti un attrait particulier en le lisant. Une déception!

Résumé:

Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s’appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n’aurait pas survécu. Mais Grenouille n’avait besoin que d’un minimum de nourriture et de vêtements et son âme n’avait besoin de rien. Or, ce monstre de Grenouille, car il s’agissait bien d’un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde, et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout puissant de l’univers, car  » qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes « . C’est son histoire, abominable… et drolatique qui nous est racontée dans Le Parfum, un roman qui, dès sa parution, eut un succès extraordinaire et est devenu très vite un best-seller mondial.

 

9782253055440-001-t

 

« Antigone » de Sophocle – Livre de poche (125 pages)

Étant passionnée par les Labdacides et leur malédiction, j’ai lu cette petite pièce de cinquante pages, hier soir. J’ai beaucoup aimé même si la version d’Anouilh reste ma préférée. Je vous conseille ce classique qui se lit vite et bien!

Résumé:

La pièce Antigone commence au moment où les deux filles d’OEdipe, Antigone et Ismène, apprennent que Créon, roi de Thèbes, vient d’interdire l’enterrement de Polynice, leur frère, pour le punir d’avoir combattu contre sa patrie. Mais Antigone transgresse ce décret. Créon et Antigone incarnent deux idées de la communauté, deux conceptions de la loi, deux versions du sacré. Au cœur du conflit tragique, la vérité humaine et politique de la communauté est liée au sens que les vivants donnent à la mort. Apparue autour du VIIe siècle avant J.-C., la figure d’Antigone a traversé les siècles et les langues jusqu’à nos jours.

 

61bi0zz6pbl

 

« Le cul de Judas » de Antonio Lobo Antunes – Métailié (219 pages)

Je dois lire ce livre pour la fac et je ne suis clairement pas emballée. Sa note est très mauvaise et le peu de commentaires que j’ai lu n’aident pas à me motiver. Je verrai bien..

Résumé:

A Lisbonne, une nuit, dans un bar un homme parle à une femme. Ils boivent et l’homme raconte un cauchemar horrible et destructeur : son séjour comme médecin en Angola, au fond de ce  » cul de Judas « , trou pourri, cerné par une guerre sale et oubliée du monde. Un humour terrible sous-tend cet immense monologue qui parle aussi d’un autre front : les relations de cet homme avec les femmes.

 

couv21865246

 

« Ubu roi » de Jarry – Folio (208 pages)

J’ai lu cette pièce pour l’université et je l’ai bien aimée. C’est une pièce loufoque qui brise les codes et ça fait du bien surtout pour quelqu’un comme moi qui n’aime pas le théâtre à cause de son aspect répétitif!

Résumé:

Poussé par son ignoble épouse, le Père Ubu renverse le roi de Pologne, son bienfaiteur, et massacre sa famille et les nobles du royaume. Désormais « roi de Pologne et d’Aragon », « maître des Phynances » et « docteur en pataphysique », il étale la couardise, l’avidité et la vulgarité qui feront de lui le modèle de l’usurpateur totalitaire.

 

 

A 46425-SOUVENIR-DAMASIO.indd

« Aucun souvenir assez solide » de Damasio – Folio (390 pages)

C’est ma lecture en cours et je passe un bon moment. J’avoue avoir été étonnée de devoir lire ce livre pour ma licence mais pourquoi pas. Les nouvelles sont complexes mais les thèmes abordés sont très intéressants: dépendance aux technologies, crise du langage, vivre à travers un écran etc. Je vous le conseille si vous aimez l’ambiance de Black Mirror.

Résumé:

Alain Damasio nous invite à la rencontre de grands « vivants », c’est-à-dire de grands claustrophobes, amoureux de l’air et de l’Ouvert. Champions de toutes les aérations, celles de l’espace, du son, des mots, du collectif, et de ce fait totalement libres, entrés en un jeu d’échos fou avec les mouvements du monde, ils tracent et suivent leurs lignes de fuite, tel le surfeur qui n’existe et ne consiste que dans la furtivité.

 

Voilà, voilà, beaucoup de classiques et potentiellement plusieurs chroniques qui vous feront découvrir ou redécouvrir ces oeuvres.

 

Bonnes lectures!

4 commentaires sur “PAL de Mars!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s