Chronique

Chronique: « Fin de partie » de Beckett

71ribhi2c-l

Coucou les lecteurs!

J’ai longtemps hésité pour savoir si je publiais ou non cette chronique et bien la voilà! Ce livre m’a tellement plu que je vais essayer de vous donner envie de découvrir cette pépite!

tenor


rc3a9sumc3a9

Dans Fin de partie il y a déjà cette notion d’immobilité, cette notion d’enfouissement. Le personnage principal est dans un fauteuil, il est infirme et aveugle, et tous ces mouvements qu’il peut faire c’est sur son fauteuil roulant, poussé par un domestique, peut-être un fils adoptif, qui est lui-même assez malade, mal en point, qui marche difficilement. Et ce vieillard a ses parents encore, qui sont dans des poubelles, son père et sa mère qu’on voit de temps en temps et qui ont un très charmant dialogue d’amour.
Nous voyons deux êtres qui se déchirent, qui jouent une partie comme une partie d’échecs et ils marquent des points, l’un après l’autre, mais celui qui peut bouger a peut-être une plus grande chance de s’en tirer, seulement ils sont liés, organiquement, par une espèce de tendresse qui s’exprime par beaucoup de haine, de sarcasme, et par tout un jeu. Par conséquent, il y a dans cette pièce – qui est à un niveau théâtral absolument direct, où le style est d’une absolue simplicité -, il y a cette espèce de jeu qu’ils se font l’un à l’autre, et qui se termine aussi d’une façon ambiguë parce que le suspense dérisoire de la pièce, c’est ce fils Clov, partira-t-il ou non? et on ne le sait pas jusqu’à la fin.
Je dois dire aussi que c’est une pièce comique. les exégètes de Beckett parlent d’un « message », d’une espèce de chose comme ça. Ils oublient de dire le principal, c’est que c’est une chose qui est une découverte du langage, de faire exploser un langage très quotidien où chaque chose est à la fois comique et tragique.
Roger Blin

 

Edition: Les éditions de Minuit

Nombre de pages: 110 pages

Prix: 6.80 euros


mon-avis

Longtemps, je pensais réussir à ne jamais devoir lire du Beckett que ce soit pour mon lycée ou pour ma fac. Moi aussi, j’étais réticente à l’idée de lire ce livre à cause des mauvais retours que j’avais entendu à propos d’En attendant Godot. Je comprends donc si vous vous dites:« Beckett c’est un truc de bobo, non? ». Et bien non, je pense juste que ses œuvres sont suffisamment complexes pour en perturber plus d’un!

 

En effet, si vous avez lu le résumé, cette pièce de théâtre n’a rien d’hyper amusante entre un homme en fauteuil roulant qui réclame ses médicaments et des vieillards qui vivent dans des poubelles, ce n’est pas la joie. Il faut quand même savoir que Beckett a rédigé cette pièce peu après le décès de son frère et durant sa dépression. Cette oeuvre est donc très sombre, c’est d’ailleurs la plus sombre de Beckett. Il est donc nécessaire de lire ce livre avec du recul afin de savourer la plume de l’auteur.

 

Si vous ne le lisez pas au pied de la lettre, vous découvrirez que ce livre a une dimension comique. Si, si, je vous le jure! Je vous dresse rapidement le tableau: une pièce vide avec un vieil homme aveugle et en fauteuil au milieu de la pièce. Sur le devant de la scène vous avez deux culs-de-jatte amoureux qui vivent dans des poubelles. Enfin, il y a Clov, le seul personnage qui se déplace constamment; en effet, il est incapable de s’asseoir. Nous assistons donc à des échanges comiques entre Hamm (l’homme en fauteuil) et les deux vieillards qui sont ses parents, par exemple lorsque ce dernier insulte son père et lui demande pourquoi il l’a mis au monde. Sachant que c’est Hamm qui fait vivre ses deux parents dans la poubelle. Nous avons aussi des discussions pleines d’humour entre Clov et Hamm:

Hamm – Pourquoi ne me tues-pas?

Clov – Je ne connais pas la combinaison du buffet.

ou bien (il parle des couvercles des poubelles de ses parents):

Hamm – Assieds-toi dessus

Clov – Je ne peux pas m’asseoir.

Hamm – C’est juste. Et moi je ne peux pas me tenir debout.

Clov – C’est comme ça.

Hamm – Chacun sa spécialité.

Cet humour typiquement Beckettien m’a totalement plu et je pense qu’il faut vraiment lire au second degrés cette pièce pour l’apprécier!

 

Derrière ce comique et cette dimension totalement dépressive, il y a une réelle réflexion sur le langage, le temps et la vie en générale. En effet, la pièce dans laquelle vivent les personnages possèdent des fenêtres qui donnent sur un paysage dévasté où il n’y a pas de vie, pas de végétation, rien. Beckett a écrit Fin de partie durant la fin des années cinquante, ce paysage dévasté fait référence aux événements de la seconde guerre mondiale notamment aux bombardements d’Hiroshima et Nagasaki; ces paysages dévastés et l’impression que le monde a cessé de tourner marquent au fer rouge cette pièce. Les personnages vivent confinés comme seuls au monde, ils ne se déplacent pas et ils n’ont rien à faire. Le temps semble un concept totalement futile dans ces conditions, seul le langage survit et c’est lui qui rythme la journée: les réclamations d’Hamm pour ses médicaments, Clov qui va dans la cuisine regarder le mur, les vieillards qui mangent. Le langage est d’ailleurs l’unique preuve de leur existence, ne pouvant pas bouger. D’ailleurs, vers la fin de la pièce, un des personnages cessera de parler et c’est ce qui intriguera les autres; en effet, le personnage est décédé. En se penchant un minimum sur l’oeuvre, vous pouvez trouver des réflexions qui sont très intéressantes notamment au vu du contexte de rédaction de la pièce.

 

En conclusion, en lisant ce livre vous rigolerez, réfléchirez et blaserez un peu quand même. J’espère avoir réussi à vous donner envie de le lire! N’hésitez pas à me donner votre avis, si vous l’avez lu ou si vous le lirez!

 

Ma note: 18/20

coup-de-coeur

Bonnes lectures!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s