PAL

PAL de Janvier:

forest

Coucou les lecteurs!

Voici ma pal  (un peu en retard) de janvier et je pense la tenir entièrement.

200


couv58903106

« Qu’est-ce que la littérature? » de Sartre – Folio Essais (307 pages)

Un livre dont j’entends parler depuis que je suis en licence de lettres comme le seul essai qui vaut le coup. Au lycée, j’étais plutôt partisane des idées philosophiques de Sartre. Son livre m’a donc beaucoup plu malgré les références littéraires et la longueur du livre. Il est très théorique donc je ne le conseille pas à quelqu’un qui ne s’intéresse pas aux théories littéraires. 

Résumé:

Ecriture et lecture sont les deux faces d’un même fait d’histoire et la liberté à laquelle l’écrivain nous convie, ce n’est pas une pure conscience abstraite d’être libre. Elle n’est pas, à proprement parler, elle se conquiert dans une situation historique ; chaque livre propose une libération concrète à partir d’une aliénation particulière… Et puisque les libertés de l’auteur et du lecteur se cherchent et s’affectent à travers un monde, on peut dire aussi bien que c’est le choix fait par l’auteur d’un certain aspect du monde qui décide du lecteur, et réciproquement que c’est en choisissant son lecteur que l’écrivain décide de son sujet. Ainsi tous les ouvrages de l’esprit contiennent en eux-mêmes l’image du lecteur auquel ils sont destinés.

 

couv47412172

 

⇒  « L’aube à Birkenau de Simone Veil » de David Teboul – Les arènes (288 pages)

Un livre que mon petit frère m’a offert à noël et que j’ai déjà lu. Je me demande si je vais le chroniquer mais en tout cas vous en saurez plus dans mon bilan d’ici quelques semaines.

Résumé:

« La guerre avait fauché une génération. Nous étions effondrés. Mon oncle et ma tante avaient beau être médecins, ils ne possédaient plus rien. Leur clientèle avait disparu. Leur maison avait été pillée. Leurs économies avaient fondu. Le lendemain de mon arrivée à Paris, comme ils n’avaient ni argent ni vêtements à m’offrir, c’est une voisine qui m’a secourue avec une robe et des sous-vêtements. Il régnait dans la maison une atmosphère de désolation. Il n’y avait plus le moindre meuble. Les miroirs avaient été volés, à part ceux qui étaient scellés aux murs et que les pillards n’avaient pas pu emporter. Je faisais ma toilette matinale devant un miroir brisé par une balle. Mon image y apparaissait fissurée, fragmentée. J’y voyais un symbole. Nous n’avions rien à quoi nous raccrocher. Ma soeur Milou était gravement malade, mon oncle et ma tante avaient perdu le goût de vivre. Nous faisions semblant de vouloir continuer. »

Simone Veil raconte son enfance, sa déportation, et l’impact de cette épreuve dans sa vie.

 

couv36087925

 

« Le degré zéro de l’écriture » de Roland Barthes – Points (179 pages)

Un livre que ma meilleure amie m’a prêté. J’ai aimé mais sans plus. Je l’ai lu par curiosité car mon cours en parlait.

Résumé:

Dans toute l’œuvre littéraire s’affirme une réalité formelle indépendante de la langue et du style : l’écriture considérée comme le rapport qu’entretient l’écrivain avec la société, le langage littéraire transformé par sa destination sociale. Cette troisième dimension de la Forme a une histoire qui suit pas à pas le déchirement de la conscience bourgeoise : de l’écriture transparente des Classiques à celle, de plus en plus trouble, du XIXe siècle, puis à l’écriture neutre d’aujourd’hui. Cette relation entre Littérature et Histoire (entre l’écrivain et la société) est illustrée par huit «Nouveaux essais critiques» (ici réunis pour la première fois) sur divers auteurs, de La Rochefoucauld et Chateaubriand à Flaubert, Proust, Verne, Loti…

 

couv50931504

 

« La lanterne de Nyx T.1 » de Kan Takahama – Glénat (192 pages)

Oh mon dieu, un manga sur ce blog! J’en lis très peu mais je l’ai emprunté à mon frère et je l’ai bien aimé. Je vous en parle plus en détails sous peu.

Résumé:

1878, la France fait rayonner sa puissance industrielle et culturelle en organisant des expositions universelles, tandis que le Japon s’ouvre au monde après 200 années d’isolationnisme. À Nagasaki, Miyo, orpheline qui a pour seul talent le don de clairvoyance au travers des objets qu’elle touche, parvient à trouver un emploi chez Ban, commercialisant des objets importés d’Europe. Au contact de l’Occident, elle découvrira un monde nouveau qui la conduira jusqu’à Paris…

 

 

couv70407222

 

« Dom Juan » de Molière – Livre de poche (179 pages)

Une pièce de théâtre très sympathique que j’ai lue dans le cadre d’un challenge.

Résumé:

Terrible et intrépide séducteur, Dom Juan, récemment marié à Elvire, fuit cette dernière en compagnie du fidèle Sganarelle. Mais bientôt, reparaît le spectre du Commandeur qu’il a tué en duel. Dom Juan se retrouve face à lui-même.

 

 

couv55915128

 

« Grisha T.3: l’oiseau de feu » de Leigh Bardugo – Milan (381 pages)

Ma lecture en cours, je n’avance pas vite mais j’aime déjà plus ma lecture actuelle que celle du tome deux!

Résumé:

« Et je devins une lame. »

MANIPULATION. PARJURE. TRAQUE.

Un royaume au bord du chaos.
Un tyran sur un trône d’ombre.
Une sainte sans pouvoirs.
Sans alliés. Sans armée.
Le combat final de la lumière contre les ténèbres.

AMOUR. LOYAUTÉ. DÉLIVRANCE.

Le salut de Ravka mérite-t-il tous les sacrifices ?
Seule l’Invocatrice de lumière en décidera.

 

couv13890611

 

« Tu tueras le père » de Sandrone Dazieri – Pocket (744 pages)

Une sacrée briquasse qui est une lc qui date d’il y a deux ans. Je suis au tiers pour l’instant et j’aime bien.

Résumé:

Le père est là, dehors, quelque part. La cage est désormais aussi vaste que le monde, mais Dante est toujours son prisonnier. Non loin de Rome, un homme affolé tente d’arrêter les voitures. Son fils de huit ans a disparu et le corps de sa femme gît, décapité, au fond d’une clairière. Le commissaire Colomba Caselli ne croit pas à l’hypothèse du drame familial et fait appel à un expert en disparitions de personnes : Dante Torre. Kidnappé enfant, il a grandi enfermé dans un silo à grains avant de parvenir à s’échapper. Pendant des années, son seul contact avec l’extérieur a été son mystérieux geôlier, qu’il appelle « le Père ». Colomba va confronter Dante à son pire cauchemar : dans cette affaire, il reconnaît la signature de ce Père jamais identifié, jamais arrêté…

 

couv32513512

 

« La lettre écarlate » de Nathaniel Hawthorne – Livre de poche (360 pages)

Un livre très célèbre et apparemment féministe. Je l’ai acheté cet été, il ne va pas traîner grâce à un challenge!

Résumé:

La lettre écarlate, c’est la marque au fer rouge qui désigne la femme adultère dans l’Amérique du puritanisme obsessionnel de l’époque coloniale.
Trois personnages : Hester qui vit avec une dignité admirable sa faute et sa solitude. Arthur Dimmesdale, le jeune pasteur dont les élans mystiques soulèvent à Boston l’enthousiasme des fidèles mais qui, ensorcelé par Hester, ne parvient ni à dominer ni à vivre sa sensualité. Chillingworth, le mari, qui pendant des années tourmentera en silence le pasteur jusqu’à la folie et la mort.

 

seper-hero

 

« Seper Hero » de Marine Barnérias – Flammarion (455 pages)

Un livre qui traîne dans ma pal que je sors grâce au cold winter challenge! C’est un genre différent de ce que j’ai l’habitude de lire mais j’aime sortir des sentiers battus.

Résumé:

Le 3 avril 2015, on diagnostique à Marine, jeune étudiante dynamique de 21 ans, une sclérose en plaques, appelée plus communément SEP. L’urgence de la situation, le besoin de prendre une décision quant à la prise d’un traitement ou non et le manque d’informations, l’amène à s’interroger. « La maladie c’est toi qui l’a, il faut donc chercher la solution en toi ».
Son traitement ? Réaliser un projet rêvé : le voyage. Trois pays seront traversés : « La Nouvelle-Zélande sera mon terrain de jeux pour redécouvrir mon corps, mieux le ressentir pour mieux le défendre. En Birmanie, j’irai secouer mon esprit par la méditation pour aiguiser ma meilleure arme contre la SEP. La Mongolie sera l’étape-bilan à la rencontre de cette âme souvent délaissée alors qu’elle porte notre mémoire. Dans quel but ? Retrouver mon équilibre que la SEP tente de rompre. »
Par ce livre, Marine s’adresse à chacun de nous. Apprenons à nous faire confiance, croire en nos rêves. Son ambition ? « Faire fleurir chez d’autres une envie de s’envoler, car ne l’oublions pas, tout est possible. »

 

81gyjlszuwl

 

« Voyage au bout de la nuit » de Céline – Folio (505 pages)

Céline est un des auteurs qui m’intriguent et me font peur à la fois. La plume prend la forme du discours rapporté, si j’ai bien compris mais je redoute le profond antisémitisme de l’auteur. Je verrai bien…

Résumé:

«– Bardamu, qu’il me fait alors gravement et un peu triste, nos pères nous valaient bien, n’en dis pas de mal!…
– T’as raison, Arthur, pour ça t’as raison! Haineux et dociles, violés, volés, étripés et couillons toujours, ils nous valaient bien! Tu peux le dire! Nous ne changeons pas! Ni de chaussettes, ni de maîtres, ni d’opinions, ou bien si tard, que ça n’en vaut plus la peine. On est nés fidèles, on en crève nous autres! Soldats gratuits, héros pour tout le monde et singes parlants, mots qui souffrent, on est nous les mignons du Roi Misère. C’est lui qui nous possède! Quand on est pas sage, il serre… On a ses doigts autour du cou, toujours, ça gêne pour parler, faut faire bien attention si on tient à pouvoir manger… Pour des riens, il vous étrangle… C’est pas une vie…
– Il y a l’amour, Bardamu!
– Arthur, l’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches et j’ai ma dignité moi! que je lui réponds.»

 

couv8808919

 

« Eleanor Oliphant va très bien » de Gail Honeyman – 10/18 (456 pages)

Je pense réussir à le lire d’ici la fin du mois mais au pire il sera lu en février! Je ne sais pas grands choses de ce livre, c’est une découverte!

Résumé:

Eleanor Oliphant est un peu spéciale.
Dotée d’une culture générale supérieure à la moyenne, peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, elle dit les choses telles qu’elle les pense, sans fard, sans ambages. Fidèle à sa devise  » Mieux vaut être seule que mal accompagnée « , Eleanor évite ses semblables et préfère passer ses samedis soir en compagnie d’une bouteille de vodka. Rien ne manque à sa vie minutieusement réglée et rythmée par ses conversations téléphoniques hebdomadaires avec  » maman « . Mais tout change le jour où elle s’éprend du chanteur d’un groupe de rock à la mode. Décidée à conquérir de l’objet de son désir, Eleanor se lance dans un véritable marathon de transformations. Sur son chemin, elle croise aussi Raymond, un collègue qui sous des airs négligés, va lui faire repousser ses limites. Car en naviguant sur les eaux tumultueuses de son obsession amoureuse et de sa relation à distance avec  » maman « , Eleanor découvre que, parfois, même une entité autosuffisante a besoin d’un ami…

 

Voilà ma pal qui n’est pas hyper ambitieuse donc je pense réussir à la tenir.

Bonnes lectures!

5 commentaires sur “PAL de Janvier:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s