Avis mensuel

Avis de Novembre!

groot

Coucou les lecteurs!

Voici mon bilan (en retard) du mois de novembre et j’ai beaucoup lu pour ma licence mais quasiment pas de livres « détentes ». C’est parti!


couv59145425

« Une vie » de Maupassant – Folio classique (347 pages)

J’ai beaucoup entendu parler de ce livre de Maupassant, son premier roman d’ailleurs. Maupassant comme d’habitude ne m’a pas déçu. Alors le début est un peu lent et l’héroïne niaise mais très vite la dure réalité de sa vie d’épouse va la faire grandir et devenir très mature. Ce n’est pas un livre qui vend de la joie, au contraire il montre la misère sociale de la petite bourgeoisie et les dangers des mariages forcés. J’ai beaucoup aimé et je vous le recommande! 18/20

Résumé:

Jeanne, fille unique très choyée du baron et de la baronne Le Penthuis des Vauds, avait tout pour être heureuse. Son mariage avec Julien de Lamare, rustre et avare, se révélera une catastrophe. Sa vie sera une suite d’épreuves et de désillusions. Ce roman, le premier de Guy de Maupassant, est une peinture remarquable des moeurs provinciales de la Normandie du XIXe siècle : hobereaux, domestiques et paysans y sont décrits avec beaucoup de réalisme.

 

couv57219361

 

« La princesse de Clèves » de Madame de Lafayette – Livre de poche (239 pages)

J’ai tendance à ne pas prêter attention aux notes des classiques sur Livraddict. Forcément entre les adolescents qui ont détesté et les déceptions les notent descendent vite. Celui-là mérite clairement sa mauvaise note! J’ai décidé de lire plusieurs œuvres de l’auteure ce mois-ci et « La princesse de Clèves » est la pire et de loin! C’est long, niais, précieux avec des intrigues de salons peu intéressants. Ce livre rentre dans la catégorie des livres à étudier mais pas à lire. Bref, je ne le vous recommande pas du tout. 11/20

Résumé:

 » Je vais vous faire un aveu que l’on n’a jamais fait à un mari…  » Sincère, tourmentée, la princesse de Clèves ne parvient plus à taire ses sentiments. Elle brûle d’amour depuis trop longtemps pour le duc de Nemours, l’un des plus beaux fleurons de la cour d’Henri II. Son désir est ardent ! Désespéré ! Mais elle a juré fidélité à son époux, le prince de Clèves Elle aspire au bonheur et ne peut brader sa vertu. Elle veut aimer sans trahir… Cruel dilemme ! Faut-il donc renoncer au monde ? Faire ainsi le malheur d’un mari et d’un amant ? La mort est-elle préférable aux affres de l’amour ? Du mariage au déchirement, de la pudeur au sacrifice… Madame de La Fayette exprime jusque dans ses plus impudiques silences la langue subtile de la passion

 

couv46401978

 

« The Curse T.3: The Kiss » de Marie Rutkoski – Lumen (631 pages)

J’ai enfin fini cette saga et ça a été périlleux! Hormis la longueur du livre qui est un frein. Le problème principal de cette saga est qu’elle est inégale. J’avais adoré le premier tome, le deuxième un peu moins et le troisième moyennement mais ça passe. Elle fait le job mais elle n’a rien d’incroyable. Sympas mais sans plus, je me demande même si je ne vais pas vendre mes tomes, c’est dire! 15/20

Résumé:

Pour elle comme pour Arin, l’heure est venue de jouer cartes sur table. Mais quand les enjeux sont aussi élevés, est-il vraiment possible de remporter la mise ? Dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, découvrez les jeux de pouvoir, les coups de bluff et les enjeux vertigineux de la partie de poker menteur à laquelle se livrent deux espions pris dans les nasses de deux causes ennemies !

 

couv46371072

 

« Kinderzimmer » de Valentine Goby – Babel (220 pages)

De la qua-li-té! Alors si vous voulez en apprendre plus sur les camps ce n’est pas vraiment le livre que je vous recommanderais mais si vous voulez vivre le quotidien de Ravensbrück à travers les yeux d’une héroïne ignorant tout des camps, foncez! Les prisonnières, les allemands, la mort, la maladie tout est nuancé. Par contre, la plume reste complexe surtout au niveau de la construction des phrases. Néanmoins, il reste abordable. Un très beau livre sur les camps! 18/20

Résumé:

“Je vais te faire embaucher au Betrieb. La couture, c’est mieux pour toi. Le rythme est soutenu mais tu es assise. D’accord ?
– Je ne sais pas.
– Si tu dis oui c’est notre enfant. Le tien et le mien. Et je te laisserai pas.
Mila se retourne :
– Pourquoi tu fais ça ? Qu’est-ce que tu veux ?
– La même chose que toi. Une raison de vivre.”

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout.
Un roman virtuose écrit dans un présent permanent, quand l’Histoire n’a pas encore eu lieu, et qui rend compte du poids de l’ignorance dans nos trajectoires individuelles.

 

71ebxyyd9fl

 

« La dernière conquête du Major Pettigrew » d’Helen Simonson – Nil (492 pages)

Ce livre est un vrai feelgood mais il n’a rien de mièvre! Il traite du racisme, de l’aristocratie, de la paternité, de l’importance de la famille et de vivre heureux. La rencontre entre un homme qui a grandi dans une Inde coloniale et un femme pakistanaise m’a beaucoup plu. L’ouverture d’esprit est une qualité et ce livre a le mérite de démontrer qu’en s’ouvrant sur les autres certains préjugés n’auraient pas lieu d’être. J’ai un autre livre de cette auteure sur la 2WW, j’ai vraiment hâte de le lire maintenant! 16/20

Résumé:

À Edgecombe St. Mary, en plein coeur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l’heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger pas plus qu’à son sens du devoir et à son extrême courtoisie, aussi désuète que touchante, qui font de lui l’archétype même du gentleman anglais : raffiné, sarcastique et irréprochable. Dans ce petit village pittoresque où les cottages le disputent aux clématites, le major a depuis trop longtemps délaissé son jardin. Désormais veuf, il a pour seule compagnie ses livres, ses chers Kipling, et quelques amis du club de golf fuyant leurs dames patronnesses. Ce n’est guère son fils, Roger, un jeune londonien ambitieux, qui pourrait le combler de tendresse. Mais, le jour où le major apprend le décès de son frère Bertie, la présence douce et gracieuse de Mme Ali, veuve elle aussi, va réveiller son coeur engourdi. Tout devrait les séparer, elle, la petite commerçante d’origine pakistanaise, et lui, le major anglais élevé dans le plus pur esprit britannique. Pourtant leur passion pour la littérature et la douleur partagée du deuil sauront les réunir. Ils vont, dès lors, être confrontés aux préjugés mesquins des villageois, où le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées, sur le parcours de golf, à la chasse, sur les bancs de messe que dans les douillets intérieurs. Et les obstacles seront pour eux d’autant plus nombreux que leurs familles s’en mêlent : Roger s’installe dans un cottage voisin avec Sandy, sa petite amie américaine, et le neveu de Mme Ali, musulman très strict rentré du Pakistan, se découvre un enfant caché…

 

couv17233208

 

« 13 à table! (2018) » – Pocket (284 pages)

Moi qui n’aime pas lire des nouvelles, ce recueil m’a beaucoup plu! En dehors du fait que c’est important de soutenir la cause, les nouvelles sont vraiment bonnes. Une d’entre elles a réussi à me faire pleurer! Un très bon moment de lecture et j’ai même acheté celui de cette année. N’hésitez pas à le faire aussi! 16/20

Résumé:

5 ans, ça se fête !

Philippe BESSON • Françoise BOURDIN • Maxime CHATTAM • François d’EPENOUX • Éric GIACOMETTI • Karine GIEBEL • Philippe JAENADA • Alexandra LAPIERRE • Agnès MARTIN-LUGAND • Véronique OVALDÉ • Romain PUÉRTOLAS • Jacques RAVENNE • Tatiana de ROSNAY • Leïla SLIMANI • Alice ZENITER

 

61ahrw42b4xl

 

« Lorely » de Gérard de Nerval – José Corti (408 pages)

Bon j’ai lu ce livre pour la fac et il coûte le prix de mes reins: 18.50 euros! Sérieusement! Pour un livre dont les pages ne sont pas décollées et dont le prix est encore écrit derrière en francs! Si, si je vous le jure! L’histoire n’est pas terrible et je me suis vraiment ennuyée. S’il n’était pas à lire pour mes études, je l’aurais abandonné à 150 pages environ. Ne l’achetez pas ou d’occasion si vous êtres vraiment curieux de le lire. 13/20

Résumé:

Vous comprenez que la première idée du Parisien qui descend de voiture à Strasbourg est de demander à voir le Rhin ; il s’informe, il se hâte, il fredonne avec ardeur le refrain semi-germanique d’Alphonse Karr : « Au Rhin ! au Rhin ! c’est là que sont nos vignes ! » Mais bientôt il apprend avec stupeur que le Rhin est encore à une lieue de la ville. Quoi ! le Rhin ne baigne pas les murs de Strasbourg, le pied de sa vieille cathédrale ?… Hélas !

 

couv58127916

 

« La princesse de Montpensier suivi de La comtesse de Tende » de Madame de Lafayette – Livre de poche (96 pages)

Le problème avec l’auteure c’est qu’une fois qu’on a lu une de ses œuvres, on se rend compte que c’est toujours le même schéma: une fille trèèèèsss belle qui épouse un homme qu’elle n’aime pas, elle tombe amoureuse d’un homme trèèèèèèsssssss beau et vu qu’elle a craqué, elle meurt dans d’atroces souffrances parce qu’après tout c’est une pécheresse! C’est rébarbatif et moralisateur mais à choisir je préfère lire ces deux œuvres. 14/20

Résumé:

A la fin de la Renaissance, le duc de Guise s’éprend de Mlle de Mézières.
Mais bien qu’elle l’aime aussi, la jeune fille est contrainte d’épouser le prince de Montpensier. Trois ans plus tard, un jour qu’il a perdu son chemin près du château de la princesse, le duc la rencontre au bord d’une rivière où elle est venue se reposer : elle rougit à sa vue, et lui-même comprend aussitôt que sa propre passion n’est pas morte. Publié en 1662, le court récit de La Princesse de Montpensier fonde l’art classique de la nouvelle.
Plus concise encore, et sans doute écrite la première, La Comtesse de Tende, qui resta inédite jusqu’au XVIIIe siècle, raconte elle aussi l’histoire d’un amour adultère, mais d’une noirceur plus grande. Car la noblesse et la magnificence des personnages ne doivent pas nous tromper. Mme de Lafayette jette sur la condition humaine un regard sombre et les deux héroïnes sont précipitées à l’abîme : La Princesse de Clèves leur fera bien plus tard écho.

 

couv67312393

 

« Le Sylphe » de Crébillon fils – Gallimard, le promeneur (64 pages)

Un livre lu pour la fac qui est apparemment un classique dont je n’ai jamais entendu parler et vous? Il reste très court mais sympathique. C’est une critique du libertinage du XVIIIe siècle sous couvert d’une rencontre fantastique entre une femme et un sylphe. Sympathique mais rien de mémorable. 16/20 (d’ailleurs s’il vous tente, je peux vous le passer en pdf)

Résumé:

La nuit et le moment : une femme, retirée dans sa chambre, croit entendre une voix qui l’engage peu à peu dans une conversation badine sur les exigences de la séduction, la nécessité de l’inconstance, la satiété et le dégoût, la possession et son impossibilité. Une femme parle avec un sylphe, créature aérienne «composée de vapeurs fines qui ne peuvent résister aux impressions de l’air et que le moindre vent peut dissoudre» ; elle parle avec ce fantôme éblouissant qui ne requiert qu’un peu de crédibilité, et la conviction que «de certains songes, l’illusion est pour nous un bonheur réel» ; elle parle avec l’ombre, ou le corps, de son désir.

 

Voilà, heureusement c’est bientôt les examens et les lectures de la fac c’est terminé pour l’instant! Et vous vos lectures?

 

Bonnes lectures et bonnes fêtes!

tumblr_mfjcyatvsl1r3tvt7o1_r1_500

2 commentaires sur “Avis de Novembre!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s