Avis mensuel

Avis du mois d’Octobre (je n’ai pas chômé!)

9b78ba51cf1e51c084ef5d1c07fe2b61

Coucou les lecteurs!

Aujourd’hui c’est l’heure de vous poster mon avis du mois d’octobre. Dans l’ensemble, j’ai fait de très bonnes découvertes et j’ai seulement abandonné un livre! Sinon des livres de fac encore et toujours! D’ailleurs, je n’ai pas le temps de lire « L’homme qui rit » de Victor Hugo, je vais sûrement m’en occuper l’année prochaine!


couv72344085

⇒ »La fortune des Rougon » de Zola – Livre de poche (475 pages)

J’ai enfin commencé cette saga dans l’ordre! Je suis une fan de Zola et de la littérature du 19e siècle, j’ai donc adoré ce livre! 16/20 Le lien de ma chronique: https://ilonaisreading.home.blog/2019/10/14/chronique-la-fortune-des-rougon-de-zola/

Résumé:

Issus de la paysannerie enrichie, les Rougon portent en eux l’avidité du pouvoir et de l’argent. Une des branches de la famille, les Macquart, sera marquée par l’hérédité de l’alcoolisme, du vice et de la folie. Le coup d’Etat du 2 décembre 1851 entraîne les Rougon dans la conquête de Plassans, la capitale provençale du roman. La haine de l’empereur pousse Silvère, petit-fils de la matriarche, et Miette, sa femme, dans l’insurrection républicaine. De ces passions et de ces fureurs naîtront cent personnages, et celui, aux mille visages anonymes, de la foule et de la collectivité qui préfigure le XXe siècle.

 

001408775

 

⇒ »Hamlet, Le roi Lear » de Shakespeare – Folio classique (402 pages)

Je vais être honnête: je ne comprends pas tout le ramdam autour de ces pièces. « Hamlet » est bof voir pas terrible mais « Le Roi Lear » est ennuyeux… Je vous conseille vraiment « Macbeth » qui vaut le coup! 15/20 (et encore je suis gentille)

Résumé:

HAMLET : J’ai depuis peu, pourquoi je n’en sais rien, perdu toute ma gaieté, abandonné mes habituels exercices; et de fait mon humeur est si désolée que cet admirable édifice, la terre, me semble un promontoire stérile, et ce dais de l’air, si merveilleux n’est-ce pas, cette voûte superbe du firmament, ce toit auguste décoré de flammes d’or, oui, tout cela n’est plus pour moi qu’un affreux amas de vapeurs pestilentielles. (Acte II, scène II.)

 

couv21004061

 

⇒ »Les messagers des vents T.1 » de Clélie Avit – Livre de poche (704 pages)

Une très bonne découverte d’une saga fantasy adulte et française! L’héroïne a du caractère et elle n’est pas niaise. La relation amoureuse (il y en a toujours une) n’arrive pas comme un cheveu sur la soupe, elle se développe tranquillement entre deux adultes matures. L’univers est génial et j’ai hâte de lire la suite même si je me demande comment l’auteure va faire tenir l’intrigue sur quatre tomes. 18/20

Résumé:

Ses cheveux bleus, son pendentif, il faut les cacher, Eriana le sait. Fuir, rester sur le qui-vive, l’arc à la main, c’est son quotidien. Le jour où elle croise la route de Setrian, jeune messager de la cité d’Ivoire, tout bascule. Eriana a été désignée par une prophétie, avec neuf autres jeunes filles. Les pouvoirs de l’une d’entre elles permettront de sauver Myria. Le problème : Eriana n’a pas conscience de l’existence de ses pouvoirs. Elle ne connaît pas leur étendue, ignore comment les utiliser. Pourtant, il lui faudra apprendre les codes de Myria, déjouer les pièges, deviner le jeu de ses ennemis.

 

couv2639758

 

⇒ »Le signal » de Maxime Chattam – Albin Michel (740 pages)

Mon premier Maxime Chattam et je ne suis pas déçue. Alors, je n’ai pas été emballée par cette lecture mais elle m’encourage à lire les autres livres de l’auteur. Le principal défaut de ce livre est qu’il est trop long d’au moins 300 pages. C’est un roman d’ambiance glauque et il est bien flippant, j’ai eus peur à plusieurs moments mais l’intrigue est bancale ou peu intéressante. Lisez ce livre plus pour vous faire peur que pour lire une intrigue hyper travaillée. 15/20

Résumé:

La famille Spencer emménage dans la petite ville perdue de Mahingan Falls. Pourtant les nouveaux venus n’y trouvent pas la tranquillité espérée : suicides mystérieux, disparitions de jeunes filles et autres accidents peu naturels s’enchaînent, semant l’angoisse chez les enfants Spencer. Ethan Cobb se doit d’enquêter.

 

couv1245183

 

⇒ »Mondocane » de Jacques Barbéri – Folio SF (288 pages)

Le surréalisme ça vous dit quelque chose?! Voilà, vous comprenez pourquoi j’ai abandonné ce livre. Je suis habituée à lire des plumes complexes voir très complexes mais là c’était trop. C’est un vocabulaire volontairement riche pour désigner des choses ultra basiques. J’ai eus l’impression de lire un livre de SF qui ne traite que de sexe écrit par une précieuse. Je ne le vous recommande pas! 08/20

Résumé:

Bob Durin se réveille après sept années de cryogénisation et comprend que la guerre est finie. Désormais des intelligences artificielles sont chargées de régler les éventuels conflits entre les superpuissances et ce au mépris des droits humains. Projeté dans un monde qui n’est plus le sien, Bob a bien du mal à trouver sa place.

 

815cwh6o8ol

 

⇒ »La religieuse » de Diderot – Livre de poche (319 pages)

Une très bonne découverte grâce à la fac! Je vous le recommande car de ce que j’ai vu, c’est la meilleure oeuvre de Diderot! 18/20 Lien de ma chronique: https://ilonaisreading.home.blog/2019/11/06/chronique-la-religieuse-de-diderot/

Résumé:

Parce qu’elle est une enfant illégitime, Suzanne Simonin est enfermée par ses parents chez les religieuses de Longchamp où on la force à prononcer ses voeux. Pieuse et innocente, elle tombe sous la coupe d’une nonne illuminée déjà perdue de mysticisme avant de devenir la proie d’une mère supérieure qui va faire de sa réclusion un enfer. Harcelée, martyrisée, elle subit les pires sévices. Femme cloîtrée soumise à toutes les perversions de la vie monastique, Suzanne peut-elle échapper à la folie ?

 

couv31997920

 

⇒ »Zadig » de Voltaire – Belin Classico-Lycée (159 pages)

J’aime beaucoup les oeuvres de Voltaire et celle-ci m’a beaucoup plu! C’est bizarre mais j’avais l’impression de lire un livre moraliste avec Louis de Funès dedans, voilà… Zadig est un personnage très drôle et ses péripéties sont vraiment cocasses. Sans les dossiers il fait à peine 80 pages, ça vaut le coup et c’est vite lu! 18/20

Résumé:

Zadig est un conte oriental de 1748 sur la recherche du bonheur. La difficulté – et Voltaire nous le signifie dans un sourire – vient de ce que le bonheur ne dépend pas de nous seuls. Zadig, le héros, vertueux comme personne, sera ainsi amené à traverser des épreuves. Mais si l’auteur retrace la destinée chaotique d’un personnage qui n’a pas ce qu’il mérite, la fin paraît heureuse cependant, comme dans tous les contes, et nous soulage… à moins que Voltaire ne se joue encore de nous.

 

couv21157139

 

⇒ »Le roman de Renart » – GF (501 pages)

Ah, vous ne pouvez pas imaginer le plaisir d’étudier ce livre en ancien français! Les joies d’avoir de la littérature médiévale à la fac. Bref, je connaissais de nom et je savais que la ruse était un des points les plus importants de ce livre. Ce que je ne savais pas c’est que ce livre se veut comique (je n’ai pas ri) en parlant de viol, de vol, de traîtrise, de violence gratuite et j’en passe. Renart s’en sort toujours alors qu’il n’est qu’un bon à rien (pour rester polie). Sympathique à lire pour la culture ou par curiosité mais rien de plus. 13/20

Résumé:

Renart a faim d’anguilles, de jambon ou d’andouilles, mais rien ne le régale davantage que de duper les autres : Tibert le chat, le loup Isengrin, le lièvre Couard et même le roi Noble le lion. Renart le hors-la-loi, Renart le rusé, Renart le diabolique se transforme au gré de son imagination en chevalier, pèlerin, moine, teinturier, médecin ou cadavre… Voulez-vous suivre ce prince de la métamorphose et de la tromperie dans ses aventures ? A vos risques et périls !

 

couv12862835

 

⇒ »Du côté de chez Swann » de Proust – Folio (706 pages)

J’ai adoré lire Proust! Dit comme ça on dirait une bobo qui mange du quinoa et va au starbuck mais j’ai réellement apprécié ma lecture. Sa plume est vraiment particulière car ce livre n’est ni autobiographique ni un traité littéraire mais un genre de remix avec une plume magnifique. Je vous préviens, il ne se passe rien de rien! Le plus intéressant c’est de lire en entier « à la recherche du temps perdu » (donc les sept tomes) pour comprendre pleinement ce tome. En fait, il faut lire deux fois la saga! Dans ce tome j’ai adoré la partie intitulée « Combray » mais « Un amour de Swann » m’a un peu fatiguée; j’avais envie de défenestré l’épouse de Swann. Une très bonne découverte faite dans le cadre d’un de mes cours. Lancez-vous et n’ayez pas peur! 18/20

Résumé:

Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l’heure de la messe), quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté… Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir.

 

couv67277018

 

⇒ »Henri d’Ofterdingen » de Novalis – GF (285 pages)

Je connaissais Novalis de nom mais c’était tout. Ce livre est un manifeste du romantisme allemand de bout en bout. Il est intéressant si l’on s’intéresse au groupe Iéna et à sa redéfinition de la Littérature. 13/20

Résumé:

Roman inachevé d’un poète mort à l’âge de vingt-neuf ans, Henri d’Ofterdingen raconte les voyages d’un légendaire ménestrel qui parvient, après la disparition de celle qu’il aime, à dépasser le désespoir grâce à la poésie. Sur fond de Moyen Âge mythique et merveilleux, Novalis décrit les étapes qui conduisent à cet idéalisme dont il a fait sa philosophie. Traité d’éducation poétique et texte phare de la génération romantique, cette oeuvre publiée de façon posthume en 1802 tient autant du conte de fées que du poème célébrant l’harmonie de l’homme avec le monde. De ces pages inspirées par la quête d’un nouvel âge d’or se dégage «une espérance fraîche et baptismale, pleine de matin, et pourtant vieille comme le monde» (Julien Gracq).

 

EICHENDORFF - Scenes de la vie d un propre a rien -REIMP 2011.in

 

⇒ »Scènes de la vie d’un propre à rien » de Joseph von Eichendorff – Libretto (160 pages)

Ayant un cours sur le romantisme allemand j’ai lu ce livre. Il est sympathique mais il ne casse pas des briques! Le narrateur représente le poète allemand qui va interpréter  la langue de la nature afin de retrouver le Verbe. En dehors d’un cadre universitaire, je ne le conseille pas! 12/20

Résumé:

Un jeune meunier, dit le « propre-à-rien », poussé par le goût de l’aventure et de la liberté, mène une vie d’errance et d’insouciance. Au terme d’un long voyage et de nombreuses aventures, il retrouve sa bien-aimée, une inaccessible comtesse, qui se révèle n’être qu’une soubrette !
Conte romantique, drôle et séduisant, Scènes de la vie d’un propre-à-rien emporte le lecteur sur les traces d’un homme à la recherche du paradis perdu.

 

couv43306634

 

⇒ »Les lettres portugaises » de Guilleragues – Livre de poche (91 pages)

J’ai toujours entendu parler de ce livre et étant fan du genre épistolaire (oui, c’est possible), je voulais le lire un jour. Ce livre est considéré comme étant le premier roman épistolaire (17e siècle), rien que ça! Pendant longtemps, les lecteurs pensaient que ces lettres étaient véridiques mais bien sûr il n’en est rien! On découvre l’histoire d’une jeune religieuse qui est folle amoureuse d’un jeune soldat qui est retourné dans son pays natal, la France et qui l’a oubliée. Ses cinq lettres qui s’étalent sur un an montrent l’évolution de sa façon de voir cette relation. Je dois avouer être un peu déçue, je m’attendais à une forme plus souple et des lettres plus vraisemblables. Néanmoins, il reste une très bonne lecture! 18/20

Résumé:

Considère, mon amour, jusqu’à quel excès tu as manqué de prévoyance. Ah ! malheureux ! tu as été trahi, et tu m’as trahie par des espérances trompeuses. Une passion sur laquelle tu avais fait tant de projets de plaisirs, ne te cause présentement qu’un mortel désespoir, qui ne peut être comparé qu’à la cruauté de l’absence qui le cause. Quoi ? cette absence, à laquelle ma douleur, tout ingénieuse qu’elle est, ne peut donner un nom assez funeste, me privera donc pour toujours de regarder ces yeux dans lesquels je voyais tarit d’amour, et qui me faisaient connaître des mouvements qui me comblaient du joie, qui me tenaient lieu de toutes choses, et qui enfin me suffisaient ?

 

Donc ce mois d’octobre a été chargé avec des classiques de partout mais aussi avec de très bonnes lectures! En espérant avoir un mois de novembre un peu plus calme… Et vous ces lectures vous donnent-elles envie?

Bonnes lectures!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s